Dès la rentrée prochaine, Nevers ouvrira son « campus connecté » à l’Inkub où 15 étudiants y seront accueillis.

« À la rentrée 2019, treize campus connectés ouvriront leurs portes dans les villes éloignées des grands centres universitaires. Notre ville de Nevers a été retenue et je m’en réjouis ». Le choix de Nevers n’est pas anodin. Il fait suite à la venue de Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, et Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion du territoire et des relations avec les collectivités territoriales, le 15 février dernier pour la signature du Pacte de développement territorial pour la Nièvre. Avec ce Pacte, l’Etat s’est engagé auprès des collectivités territoriales et les acteurs économiques à soutenir leurs projets et à accompagner
le développement des territoires. »

La création d’un campus connecté est une opportunité pour les jeunes Nivernais, de suivre, près
de chez eux, des formations à distance dans l’enseignement supérieur en bénéficiant d’un accompagnement individuel et collectif. L’objectif de ces structures est de reconnecter aux études supérieures des jeunes qui sans cela n’auraient pas nécessairement entrepris ces études.
Ces campus connectés combinent enseignement à distance et tutorat individuel et collectif.
Ils ont pour ambition d’accompagner les étudiants des territoires ruraux, loin des universités. L’objectif est, à terme, qu’ils puissent finir leurs études au sein d’un établissement d’enseignement supérieur (université, école, etc.).

Le campus connecté de Nevers sera implanté à l’Inkub (ancienne caserne Pittié) dans un espace
de 140 mètres carrés. 15 étudiants seront accueillis dès la rentrée 2019. L’objectif est d’en recevoir 60 en première, deuxième ou troisième année.

Le programme campus connectés propose plusieurs dizaines de formations allant du BTS (BAC+2)
à la licence (BAC+3). Une soixantaine de diplômes sont déjà disponibles dans les disciplines principales : droit, STAPS, sciences humaines et sociales, etc. Chacune de ces formations peut-être suivie intégralement à distance. Elles sont toutes complètes et diplômantes. Chaque étudiant inscrit suit exactement la même formation qu’un étudiant en présentiel, et passe les mêmes examens.
La différence réside dans l’accompagnement, « en fonction de la réalité de son quotidien
et de ses aspirations personnelles », précise le ministère.

En contrepartie de la mise à disposition par les collectivités d’un lieu ouvert et inclusif, l’État offre
une subvention d’amorçage de 50 000 euros et une dotation de 1 000 euros par étudiants pendant trois ans. Cela représente un investissement de 1,5 million euros.

La volonté du gouvernement est de déployer des formations directement auprès des jeunes,
au sein même des territoires dans lesquels ils vivent et dans lesquels ils se projettent. Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation précise
« c’est leur permettre de dépasser des barrières psychologiques qui contrarient leur mobilité
et de battre en brèche l’autocensure et la peur de l’échec, c’est l’objectif des campus connectés que je suis heureuse de lancer aujourd’hui. »

Un campus connecté qu’est-ce que c’est ?

Les campus connectés sont des espaces de travail individuels et collectifs où les jeunes peuvent suivre, près de chez eux, des formations à distance dans l’enseignement supérieur en bénéficiant
d’un accompagnement de proximité. Ils visent à donner à tous ceux qui veulent réussir dans l’enseignement supérieur les moyens de surmonter les barrières géographiques, urbaines et sociales qui créent des inégalités de destin. Chaque étudiant est encadré, motivé, accompagné par un professionnel qualifié. Cette personnalisation de l’accompagnement est l’un des piliers de la réussite du dispositif.

Quel est leur vocation ?

  • Rapprocher l’enseignement supérieur de tous les territoires.
  • Permettre aux jeunes de dépasser des barrières psychologiques qui contrarient la mobilité, battre en brèche l’autocensure et la peur de l’échec.

Ces sites sont des lieux ouverts, conviviaux et inclusifs grâce à l’engagement fort des collectivités locales aux côtés de l’État.

Quels enjeux pour les campus connectés ?

  • Elargir les possibilités de poursuite d’études à distance dans l’enseignement supérieur
  • Rendre la poursuite d’études possible pour le plus grand nombre et augmenter le nombre
    de diplômés
  • Offrir les conditions propices à la réussite étudiante dans le premier cycle.

 

Points forts des campus connectés

  • Des lieux d’apprentissage conviviaux et connectés
  • Des formations proposées par l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur
  • Des études suivies à distance au rythme de chacun
  • Des tuteurs de proximité dédiés au suivi de chaque étudiant (un tuteur pour dix étudiants)
  • Des étudiants encadrés qui bénéficient d’un accompagnement méthodologique
  • Des universités de proximité partenaires qui favorisent le suivi et l’encadrement des étudiants
  • Des campus connectés co-construits avec les collectivités territoriales

En savoir plus sur les Campus connectés en vidéo :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez -vous !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin