Ces deux premières années du quinquennat, ont été pour le gouvernement et les députés un temps d’action. Nous avons agi de manière ambitieuse, courageuse et concrète pour réformer le pays avec pour état d’esprit, la relance de l’engagement dans les valeurs de la République, et des priorités que portaient le Président de la République, lors de la dernière campagne présidentielle de 2017 : la relance des moteurs de l’économie, la réduction des inégalités et l’accélération de la transition écologique sont autant de lignes directrices à son action.

Cette volonté de réforme et de transformation se traduit dans l’ensemble des secteurs de l’action gouvernementale. 

2017 / 2019 deux ans d’actions au service de nos concitoyens.

Plus de 20 milliards d’€ de baisses de fiscalité votées pour 2018 et 2019 répartis entre les ménages et les entreprises (12 milliards d’euros pour les ménages – 8,8 milliards d’euros pour les entreprises) sans oublier les 5,5 milliards d’euros de trésorerie rendus aux ménages grâce à l’avance de 60% des crédits et réductions d’impôts au 15 janvier 2019.

  • Baisser les IMPÔTS des ménages : suppression progressive de la taxe d’habitation (80% des foyers fiscaux paieront pour la dernière fois une taxe d’habitation en octobre 2019), transformation de l’impôt sur la fortune en impôt sur la fortune immobilière, prélèvement forfaitaire unique. Pour la Nièvre, 63933 foyers nivernais ont économisé en moyenne 162 euros en 2018. Ce sera 350 euros en 2019 et 539 euros en 2020
  • Baisser les IMPÔTS des entreprises : baisse progressive de l’impôt sur les sociétés, transformation du CICE en baisse de charges pérenne. (Taux de 25% prévu en 2022) 

 

« Incarner la réconciliation des territoires et l’accompagnement de leurs transitions tout en préservant le parcours de vie des citoyens. De l’égalité d’accès au logement à l’accès au réseau ainsi qu’à tous les services publics. De l’amélioration du cadre de vie pour tous les territoires dans leur diversité, des métropoles et des villes moyennes ainsi les petites villes, jusqu’aux territoires ruraux et urbains. Les actions engagées dans le cadre de la cohésion des territoires vont en ce sens… »

COHÉSION DES TERRITOIRES 

  • Programme « Action Cœur de ville » qui permet de revitaliser 222 centres-villes, facilite le retour des habitants, le maintien des commerces et donne aux élus locaux des moyens conséquents pour développer leur projet et mieux maitriser leur destin. Nevers et Cosne bénéficient de ce programme.
  • Programme « Territoires d’industrie », fer de lance de la réindustrialisation des territoires, bénéficiant à 136 d’entre eux, dont la Nièvre ligérienne.
  • Signature de « pactes territoriaux » (Bretagne, Pays de la Loire, Creuse, Nièvre, Ardennes) afin de dessiner une stratégie propre à chaque territoire et s’appuyant sur des engagements réciproques de tous les acteurs.
  • Lutte contre l’habitat indigne : relance de la rénovation urbaine, mise en place du plan initiatives copropriétés dégradées et requalification de l’habitat dans les centres anciens dégradés. Dispositif « Denormandie » pour Nevers et Cosne dans un premier temps.
  • Plan de mobilisation nationale pour les habitants de quartiers avec des déblocages pour le renouvellement urbain, des moyens pour développer les compétences de 150000 jeunes sans qualifications et 150000 chômeurs de longue durée… Un financement renforcé a été donné pour le quartier du Banlay à Nevers dans le cadre de l’ANRU
  • Accord avec les 4 opérateurs de téléphonie pour la généralisation de la 4G sur tout le territoire et le déploiement de la fibre. SFR déploiera la fibre sur le territoire non pris en charge par Nièvre numérique sous 3 ans et de nouveaux pylônes téléphoniques sont en cours de pose.
  • Pour soutenir le développement, les collectivités n’ont plus de baisse de dotations. Dans la Nièvre, la dotation globale de fonctionnement est en légère augmentation depuis ces deux dernières années, +1% après une baisse de 19,1% entre 2013 et 2017 et au-dessus de la dotation moyenne nationale. Concrètement la dotation nationale moyenne est de 164,2 euros par habitant quand dans la Nièvre la dotation moyenne est de 191,89 euros soit 27 euros de plus.

 

« Le changement climatique n’est pas un leurre. Nous devons envisager une sortie progressive de la dépendance aux énergies fossiles, et notamment au pétrole. Dans la production d’énergie, les transports et le bâtiment, le rééquilibrage du mix énergétique et le soutien au développement des énergies renouvelables sont devenus incontournables. Ces modifications profondes ne peuvent se réaliser sans l’accompagnement des Français dans la transition écologique à travers des dispositifs d’aide inédits… »

TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE 

CLIMAT

  • La mise en œuvre de la fin progressive de la production d’électricité à partir du charbon à travers la mise à l’arrêt d’ici 2022 des dernières centrales à charbon restantes en France métropolitaine.
  • Jusqu’à 11 000 € d’aides à l’acquisition de véhicules propres : jusqu’à 6 000€ au titre du bonus écologique (achat de véhicules électriques) et jusqu’à 5 000€ au titre de la prime à la conversion (300 000 ménages concernés en 2018, prime doublée en 2019 pour les ménages modestes et les gros rouleurs)
  • Chaudières à 1€ » pour les Français les plus modestes qui remplacent leur vieille chaudière au fioul ou au gaz peu performante par des chaudières fonctionnant aux énergies renouvelables ou à gaz très performantes.
  • Mise en place d’un « forfait mobilité durable » (voté dans la loi Mobilités) pouvant aller jusqu’à 400€ par an pour soutenir les Français qui adoptent le covoiturage ou le vélo pour se rendre au travail.
  • Elargissement et augmentation du chèque énergie jusqu’à 277 € perçu par 5,8 millions de Français en 2019.

BIODIVERSITÉ

  • Mise en œuvre de la sortie du glyphosate en 3 ans dans tous les usages pour lesquels des alternatives existent.
  • Mise en œuvre de l’interdiction de la vente de pesticides chimiques aux particuliers à partir du 1er janvier 2019.
  • Signature d’un pacte sur les emballages plastiques pour réduire leur utilisation et leur impact avec 13 grandes entreprises telles que Carrefour, L’Oréal ou encore Unilever, ainsi qu’avec 3 ONG (WWF, Tara Expeditions, Ellen MacArthur).
  • Vote de l’interdiction de certains plastiques à usage unique : pailles, gobelets, couverts

 

« La souveraineté alimentaire de la France reste une volonté de premier ordre. Pour cela il est indispensable de former 200 000 étudiants et apprentis dans les métiers de l’agriculture et de l’agroalimentaire. De même, nous devons à nos concitoyens une alimentation sure, saine, durable et accessible à tous. L’enjeu de la transition agro-écologique des systèmes agricoles et des exploitations est devenu primordial, sans oublier d’améliorer la répartition de la valeur ajoutée au sein de la chaîne agriculteur-transformateur-distributeur. Ce sont ces lignes directrices qui ont guidé notre action… »

AGRICULTURE

  • Renforcement des contrôles des négociations commerciales fin 2018 pour s’assurer de la mise en œuvre de la loi et d’une rémunération plus juste des agriculteurs.
  • Séparation des actions de vente et de conseil sur l’utilisation des produits phytosanitaires au 1er janvier 2021. 
  • Expérimentation sur l’étiquetage nutritionnel « Nutriscore » lancée en novembre 2017.
  • Protection des abeilles avec la mise en œuvre de l’interdiction des pesticides « néonicotinoïdes » 
  • Obligation d’étiquetage du miel et des pays d’origine à compter de 2020  
  • Des soutiens en cas d’aléas climatiques. Pour la Nièvre, 9m€ ont été attribués au titre de la sécheresse.

 

« Nous avons apporté au premier degré, un effort tout particulier. En effet, transmettre les savoirs fondamentaux à tous les élèves, sur l’ensemble du territoire de la République, avec une attention particulière pour les plus fragiles, c’est assurer une réelle égalité des chances. Préparer, dès le lycée, la réussite future des jeunes générations avec des enseignements ambitieux et un accompagnement bienveillant afin de réussir à l’université et dans la vie professionnelle. Transmettre les valeurs de la République à tous les niveaux de la scolarité, du respect d’autrui à l’apprentissage des symboles de notre République… »

EDUCATION NATIONALE et JEUNESSE

  • Dédoublement des classes de CP et CE1 dans l’éducation prioritaire (11 000 classes dédoublées à la prochaine rentrée). Les écoles des quartiers de Nevers et de Cosne ont vu leurs classes de CP dédoublées à la rentrée 2018. Les CE1 le seront à la rentrée 2019.
  • Instruction obligatoire dès 3 ans et allongement de la formation obligatoire jusqu’à 18 ans grâce à un projet de loi qui permet aussi d’améliorer la formation des professeurs, d’enrichir le vivier de recrutement et de créer une instance d’évaluation du système éducatif.
  • Aider à l’accompagnement : mise en place du dispositif « devoirs faits » au collège dès l’automne 2017
  • Replacer le baccalauréat comme premier examen d’entrée dans l’enseignement supérieur : nouveau baccalauréat général et technologique pour 2021. A la rentrée 2019, en classe de 1ère, des enseignements communs et le choix de 3 enseignements de spécialité remplacent les séries afin de donner plus de liberté, plus de choix et plus d’accompagnement aux élèves (2nd professeur principal en terminale)
  • 338 000 élèves en situation de handicap scolarisés et 86 000 accompagnants pour les élèves handicapés à la rentrée 2019, soit 6 000 de plus en an.
  • 2 000 jeunes ont fait leur service national universel (SNU) en 2019 dans 13 départements préfigurateur.
  • 140 000 jeunes volontaires du service civique en 2019

 

« Passer de la massification à la démocratisation réelle de l’enseignement supérieur. Faire que le lycée prépare mieux à cet enseignement supérieur et lever les freins d’accès aux études, tout en favorisant la mobilité sociale et géographique… »

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR RECHERCHE ET INNOVATION

  • La plateforme Parcoursup agit pour l’égalité, elle apporte le même niveau d’information à chaque candidat : description des formations, taux de réussite, débouchés, attendus des formations pour réussir etc. Les équipes du lycée et de l’enseignement supérieur travaillent de concert pour mieux orienter et répondre aux candidats : numéro vert de l’Onisep, interactions sur les réseaux sociaux, sessions d’information dans les lycées, déploiement d’étudiants ambassadeurs, services civiques, possibilité d’échanger avec le responsable pédagogique des formations.
  • La loi ORE a fait baisser le coût de la rentrée et développe de nouveaux services de vie étudiante : suppression du régime de sécurité sociale étudiante et de la cotisation correspondante (217 €/an), gel du prix du ticket de restauration universitaire, maintien du montant des bourses et paiement à date fixe, création de nouveaux logements étudiants, renforcement du système de garantie locative gratuite ouverte à tous.
  • Le déploiement des campus numérique permettra aux jeunes d’étudier de leur territoire par le biais de cours à distance et de soutien professoral. Ces campus ouvrent la voie à la poursuite de nombreuses études : STAPS, Bio, Lettres, Droit, Médecine.… Nevers accueillera l’un de ces campus pilote dès la rentrée 2019. Le nombre de formation augmentera dans les années à venir. 

LA RÉFORME DES ÉTUDES DE SANTÉ :

  • Fixation du nombre de médecins par les régions, en lien avec les Universités et les ARS (projet de loi Santé) et transformation de la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé).
  • Transformation du 1er cycle des études de santé sur un modèle présentant des enseignements en partie « majeure / mineure ». Renforcement de la pratique des futurs médecins.
  • Inclusion des formations paramédicales dans l’université, comme les études d’infirmiers, de la réadaptation et de la maïeutique.
  • 25 places de kinésithérapeutes ont été débloquées en 2019 par le gouvernement pour permettre l’ouverture d’une école de kiné à Nevers qui ne se fera qu’en 2020 à la demande de la région

 

« Protéger tous les enfants et notamment ceux de l’aide sociale à l’enfance, tout en construisant la protection sociale du 21ème siècle (retraites, grand âge, politique familiale) afin d’assurer une forme de continuité de la protection pour tous les français… »

STRATÉGIE DE PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ

  • 98 Départements se sont engagés à signer les conventions de lutte contre la pauvreté d’ici fin 2019 (plus de 28 millions d’€ déjà engagés sur un total de 125 millions d’€). La Nièvre a contractualisé fin juillet 2019
  • Garde d’enfant: Augmentation de 30% du plafond pour la garde d’enfant pour les familles monoparentales (janvier 2018) ;
  • Enfant : La prise des petits déjeuners à l’école et la mise en place d’une tarification sociale des cantines à 1€ sur volontariat des communes nivernaises avec appui de l’état.
  • Insertion : création de 300 crèches à vocation professionnelle (d’ici 2020) ; création d’un service public de l’insertion ; création d’une « garantie d’activité » combinant accompagnement social renforcé et insertion dans l’emploi pour 300 000 allocataires par an
  • Logement : 125M€ pour développer et adapter l’offre d’hébergement et d’accompagnement vers le logement des familles 
  • Lutte contre le surendettement : déploiement de 400 « points conseil budget » (d’ici 2020) comme l’UDAF de la Nièvre qui a été précurseur sur ce sujet
  • Pouvoir d’achat :
    • Elargissement (+1,3 millions de personnes bénéficiaires) et augmentation de la prime d’activité de 90 euros au 1er janvier 2019.
    • Revalorisation de l’allocation adulte handicapé de 100 euros pour atteindre 900 euros en novembre 2019
    • Revalorisation du minimum vieillesse de 100 euros qui atteint 900 euros
    • Le plafonnement des frais d’incident bancaire pour les plus modestes à 200 euros par an.

 

« La culture pour tous et partout. Etre au plus près des territoires et des acteurs, avec pour Objectif : 100% d’éducation artistique et culturelle. Avec le Pass Culture nous avons l’ambition de permettre à tous les jeunes de notre pays un accès simplifié à la culture, source d’épanouissement et de tolérance… »

CULTURE

  • Depuis février 2019, 12 000 jeunes ont pu expérimenter le Pass Culture, aujourd’hui il s’ouvre à 150 000 jeunes de plus, dont ceux de la Nièvre.
  • 40 millions d’€, dont 22 millions d’€ au titre des jeux du « loto du patrimoine » et 21 millions d’€ de crédits « monuments historiques » ont été fléchés vers notre patrimoine locale : Château de Meauce à Saincaize, la poterie de la Montagne à St-Honoré les bains, vestiges médiévaux du château de la roche à Larochemillay en 2018, église St-Roch à Lamenay-sur-Loire en 2019.

 

« Nous accueillerons les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Nous devons réussir ces jeux tant au plan de l’organisation que des résultats sportifs. Nous avons la volonté de rendre la France plus sportive : 3 millions de pratiquants supplémentaires d’ici 2024. Pour cela, une réforme du modèle sportif français s’impose afin de le rendre plus performant et plus proche des besoins des Français. Pour cela, nous devons simplifier la vie des associations et des clubs sportifs, renforcer la sécurité des pratiques et des pratiquants. Avec pour objectif de faire rayonner la France par le sport… »

SPORTS

RENFORCER LA SÉCURITÉ DES PRATIQUES ET DES PRATIQUANTS

  • Lancement du plan Aisance Aquatique en réponse aux carences de l’apprentissage de la natation en France et pour lutter contre les noyades. 
  • Le Plan « Savoir Rouler à Vélo » : une formation encadrée de 10 heures destinée aux enfants de 6 à 11 ans pour leur apprendre à faire du vélo en toute sécurité.
  • Protéger les publics : expérimentation du contrôle de l’honorabilité des bénévoles dans les associations sportives et Tour de France des CREPS par l’association Colosse aux Pieds d’Argile pour sensibiliser aux risques de violences sexuelles.
  • Lutter contre la radicalisation dans le sport.
  • Renforcement du dispositif de prévention et de lutte contre le dopage : transposition du code mondial anti-dopage dans le droit français, le nouveau laboratoire de l’Agence Française de Lutte Contre le Dopage.

RÉFORMER LE MODÈLE SPORTIF FRANÇAIS POUR LE RENDRE PLUS PERFORMANT ET PLUS PROCHE DES BESOINS DES FRANÇAIS

  • Lancement le 24 avril de l’Agence nationale du Sport : une structure dont la gouvernance est partagée entre l’Etat, les collectivités territoriales, le mouvement sportif et le monde économique. Elle permet de mettre en œuvre les politiques sportives au plus près des besoins des athlètes et des citoyens.
  • Création des Parlements du sport et des conférences des financeurs sur les territoires avec la mise en place d’un guichet unique pour les demandes de subventions.

 

« L’objectif central fixé pour le quinquennat, posé dès la campagne présidentielle, est d’améliorer concrètement les transports du quotidien, trop longtemps délaissés par les pouvoirs publics et sources à la fois de contraintes et de freins. En mettant la priorité sur les déplacements du quotidien, il s’agit de refaire de la mobilité un levier pour l’accès à l’emploi, à l’éducation, à la santé. C’est aussi un levier de développement équilibré des territoires… »

TRANSPORTS

Un projet de loi d’orientation des mobilités, qui donne un nouveau cadre à l’ensemble des politiques de mobilités avec: 

  • Programmation des investissements inédite donnant la priorité aux déplacements du quotidien, à la simplification pour les collectivités de la prise de compétence en matière de mobilité, afin que partout soient proposées des solutions. Les rames du Clermont Nevers Paris vont être remplacés d’ici 3 ans.
  • Un objectif de multiplier par 3 d’ici 2024 la part du vélo dans les déplacements, grâce à un plan vélo inédit dans lequel l’Etat investira 350 millions d’€.
  • Un objectif de multiplier par 5 la vente de véhicules électriques d’ici 2022 grâce aux primes, aux outils mis en place dans la loi Mobilités et au développement des bornes de recharges sur le territoire.

 

« Faire baisser durablement le chômage en levant les freins à l’embauche pour les entreprises. Leur permettre de mieux organiser le travail en discutant avec leurs salariés et leurs représentants. Mais aussi, permettre à chaque actif de choisir sa vie professionnelle, en simplifiant l’accès à la formation professionnelle. Faire que les chômeurs, notamment jeunes ou de longue durée, puissent se former facilement pour retrouver un emploi durable… »

TRAVAIL

  • Mise en place d’un barème des indemnités prud’homales, levant la peur d’embaucher en CDI dans les entreprises, notamment dans les TPE et PME.
  • Transformation du dialogue social dans les entreprises, permettant aux entreprises de mieux organiser le travail en discutant avec leurs salariés et leurs représentants, au lieu d’appliquer une seule et même règle dictée par le code du travail.
  • Suppression de tous les freins à l’embauche d’apprentis par les entreprises et de tous les obstacles à la création de centres de formation en apprentissage (CFA).
  • Mise en œuvre du plan d’investissement dans les compétences, l’investissement le plus massif de l’histoire de notre pays dans la formation des chômeurs et des jeunes pour correspondre aux besoins des entreprises, comme le programme de formation nationale aux métiers du numérique ou des emplois verts.
  • Mise en œuvre de l’index égalité professionnelle, permettant de mesurer les écarts de rémunération et de carrière entre les femmes et les hommes dans les 40 000 entreprises de plus de 50 salariés de notre pays.

Des premiers résultats déjà visibles:

  • – 200 000 chômeurs en 2 ans (entre le 1er trimestre 2017 et le premier trimestre 2019) : on atteint le plus bas niveau de chômage depuis 10 ans, et il va continuer de baisser.
  • 4 053 536 embauches en CDI en 2018 c’est le nombre record d’embauches en CDI dans notre histoire, qui illustre le fait que les entreprises n’ont plus peur d’embaucher en CDI.
  • + 7,7% d’apprentis en 2018

Faire que le travail paie mieux

  • Les heures supplémentaires libérées d’impôts et de cotisations représentent un gain de 850€ par ménage en 2019.
  • La Prime d’Activité après revalorisation et élargissement, bénéficie à 5 millions de personnes : tous les salariés célibataires recevront 90€ supplémentaire jusqu’à 1560€ net de revenu, Un parent célibataire avec un enfant percevant jusqu’à 2000€ net, percevra, lio aussi, les 90€.
  • Prime exceptionnelle de fin d’année défiscalisée et exonérés de charges dans la limite de 1000 euros par salarié touchant moins de 3 fois le SMIC
  • Un salaire net plus élevé avec la suppression des cotisations d’assurance maladie et chômage
  • Suppression du forfait social sur l’intéressement pour les entreposes de moins de 250 salariés et sur la participation pour les entreprises de moins de 50 salariés

 

« L’égalité entre les femmes et les hommes est la grande cause du quinquennat : elle mobilise l’ensemble du Gouvernement et s’inscrit dans une stratégie interministérielle forte et ambitieuse. À l’école, dans la rue, au travail, dans les transports, dans les foyers, sur Internet etc. Le Gouvernement s’engage partout où les inégalités continuent de s’exercer. Chacun doit pouvoir faire ses choix, faire sa vie sans être assigné à résidence, empêché, traité différemment, Il en va de l’avenir de notre société… »

EGALITE FEMMES / HOMMES

  • allongement du délai de prescription de 10 ans pour les crimes sexuels commis sur mineurs, le portant à 30 ans après la majorité
  • Création de l’infraction d’outrage sexiste : pour réprimer le harcèlement de rue.
  • Renforcement de la lutte contre les nouvelles formes d’agressions : cyber-harcèlement, upskirting, drogue du viol.

 

« Mettre en place la police de sécurité du quotidien, c’est remettre les policiers et gendarmes sur le terrain, au contact de la population et bâtir ainsi une relation de confiance. Une police « sur-mesure » adaptée à chaque territoire. Nous devons sans répit, conforter la laïcité et assurer le respect des valeurs républicaines… »

INTERIEUR

  • 10 000 recrutements sur cinq ans dans la police et la gendarmerie : dont 1 900 en faveur des services de renseignement ; plan immobilier de 900 millions d’euros entre 2018 et 2020 ; 30 000 véhicules neufs commandés d’ici 2022.
  • Loi du 3 août 2018 renforçant la lutte contre les rodéos motorisés.
  • Lancement de la plateforme en ligne de signalement des violences sexuelles et sexistes unique et disponible 24h/24, 7j/7 et création du délit d’outrage sexiste.

 

« Changer de paradigme et irriguer toutes les politiques publiques au service de l’amélioration du quotidien des personnes : un accès réel aux droits, l’amélioration du pouvoir d’achat, l’exercice d’une pleine citoyenneté, une scolarisation effective, le développement des entreprises inclusives, l’accessibilité de tout à tous (hébergement, transport, formation, santé, culture, sport…)… »

HANDICAP / ENFANT

  • Revalorisation du métier d’accompagnant avec la fin du recrutement par les emplois aidés, 9 000 emplois d’accompagnants créés en 2 ans, 80 000 emplois d’AESH à la rentrée 2020.
  • Mise en œuvre de la stratégie nationale pour l’autisme au sein des troubles du neuro développement. 344 millions d’€ de moyens nouveaux dédiés à la politique publique de l’autisme.
  • Création d’un parcours de soins coordonnés pour les enfants de 0 à 7 ans (« plateformes » en cours de déploiement, objectif de 25 à fin 2019).
  • Création d’un forfait « intervention précoce », reste à charge zéro pour les familles et diffusion d’un nouvel outil de repérage à tous les médecins généralistes et pédiatres.
  • Triplement des unités d’enseignement autisme en école maternelle d’ici à 2022, soit 180 unités supplémentaires sur le quinquennat ; création de 45 unités autisme en école élémentaire d’ici à 2022.

HANDICAP / ADULTE

  • Revalorisation de l’allocation adulte handicapé (AAH) sur 2 ans pour atteindre 900 euros
  • depuis le 1er janvier 2019, droits à vie pour les personnes dont le handicap n’est pas susceptible d’évoluer favorablement (taux d’incapacité supérieur à 80%)
  • Rénovation de la politique de l’emploi des personnes handicapées : 
    • Réforme de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH) effective au 1er janvier 2020, avec un potentiel de plus de 60 000 emplois pour les personnes handicapées.
    • Développement de l’emploi accompagné pour passer de 1 500 bénéficiaires à 50 000 en 2021, en s’appuyant sur un service public de l’emploi rénové (Pôle emploi et Cap emploi deviennent un lieu unique d’accueil) et sur un doublement des entrées en apprentissage (référent handicap dans 100% des CFA).
    • Cap vers des entreprises inclusives » : signature d’un engagement national 2018-2022 pour la création de 40 000 emplois au sein des entreprises adaptées et l’expérimentation de nouvelles formes d’emploi (CDD Tremplin notamment).

 

« Un état protecteur, se doit de garantir l’accès à des soins de qualité partout sur son territoire. Chacune et chacun doit pouvoir rester en bonne santé tout au long de sa vie. Libérer du temps médical et redonner des marges de manœuvre aux projets portés par chaque territoire, afin que ses citoyens ne soient plus confrontés aux déserts médicaux… »

SANTE

  • Enfants/jeunes : 20 consultations obligatoires de 0 à 18 ans prises en charge à 100% par l’assurance maladie (mars 2019) ; service sanitaire centré sur la prévention et la promotion de la santé pour tous les étudiants en santé (juin 2018)
  • Retrouver du temps médical utile : suppression du numerus clausus (rentrée 2020), 4000 assistants médicaux (d’ici 2022), infirmiers en pratique avancée (1ères sorties d’école en septembre 2019), rôle renforcé des infirmiers et pharmaciens dans la délivrance de médicaments (loi santé) ; extension du cumul emploi-retraites (2018 et 2019), extension du dispositif de médecin adjoint (loi santé).
  • Une offre de soins en proximité : montée en puissance des incitations à l’installation en zone sous-dense (dès automne 2017)  ; indemnité supplémentaire de 300€ pour les maitres de stage  ; prime de 200€/mois pour les internes en stage en zone sous-dense (novembre 2018) ; 1000 communautés professionnelles territoriales de santé (d’ici 2022)  ; 2000 structures d’exercice coordonné conventionnées (maisons de santé pluri professionnelles – d’ici 2022)  ; 500 à 600 «  hôpitaux de proximité » (d’ici 2022)
  • Numérique/télémédecine : prise en charge par l’assurance maladie de téléconsultation (septembre 2018) et télé-expertise (février 2019)  ; lancement du dossier médical partagé (septembre 2018), qui sera intégré dans un espace numérique personnel en santé (tous les Français auront accès à un bouquet de services numériques personnels) ; 21 lauréats de l’appel à projet du « Health Data Hub » (avril 2019 – toutes les données de santé seront collectées dans une plateforme pour accélérer l’accès au bon traitement.
  • 100% santé avec la prise en charge intégrale des frais dentaires, d’optique et d’audioprothèse :100% santé optique en janvier 2020 et 100% santé dentaire et audiologie en janvier 2021. Baisse de 200€ par oreille du reste à charge pour les prothèses auditives à partir du 1er Janvier 2019.
  • Le gouvernement a répondu a une attente forte des nivernais depuis plusieurs années :  un hélicoptère sanitaire sera basé dans la Nièvre au 1er Janvier 2020 

https://www.gouvernement.fr/2ansdaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez -vous !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin