Actualités Sociales Hebdomadaires : Des boîtes aux lettres pour libérer la parole des enfants

Reportage, vendredi 13 novembre 2020 par Lola Fourmy
Présente dans près de 80 départements, l’association Les Papillons installe des boîtes aux lettres dans les établissements scolaires et sportifs pour que les enfants victimes de violences sexuelles puissent se confier. Une trentaine de ces boîtes ont déjà été déployées sur tout le territoire.
« Demat ! » crient en choeur les quatorze élèves de CE2-CM1 de l’école Diwan à Quimper. « Demat », c’est la traduction bretonne de « bonjour », puisqu’ici, l’enseignement est dispensé en langue locale. Cet après-midi, c’est à Laurent Boyet et son équipe que les enfants adressent cette joyeuse salutation. Car c’est bien pour eux que l’association Les Papillons a fait le déplacement dans leur classe, et plus précisément pour leur présenter un outil leur étant destiné : la boîte aux lettres des Papillons. A première vue, rien d’original. Mais le récipient en métal blanc est encadré par un texte explicatif et un slogan clair : « Si tu ne peux pas le dire, écris-le ». Le concept est simple. Les boîtes aux lettres sont installées dans les établissements scolaires et dans les complexes sportifs pour que les enfants puissent écrire ou dessiner les abus sexuels présumés dont ils sont victimes. Au préalable, les référents de l’association viennent expliquer le fonctionnement et, surtout, sensibiliser à la question des violences. Rappeler ce qui est autorisé ou non, que leur corps leur appartient, les rassurer aussi. Ces courriers sont ensuite relevés par les bénévoles des Papillons et transmis au président de la structure, Laurent Boyet.
Ce capitaine de police de 49 ans aux cheveux courts et à l’allure énergique est devenu un militant de la protection de l’enfance. Pourtant, il lui a fallu trente ans pour arriver à parler. Trente ans pendant lesquels il a porté seul le secret de son enfance : des violences sexuelles commises par son frère de ses 6 ans à ses 9 ans. En France, 4 millions de personnes auraient, comme lui, été victimes d’inceste, selon un sondage Harris Interactive de 2015.
« Ce qui m’a vraiment détruit, plus encore que le mal que mon frère m’a fait, ce sont les trois décennies de silence qui ont suivi », raconte-t-il. En 2017, il choisit finalement de se confier dans un livre intitulé Tous les frères font comme ça… (Ed. Hudo Doc). Deux ans plus tard, il participe à l’émission « Le monde en face », sur France 5, consacrée à l’inceste. Dans un documentaire diffusé ce soir-là, Lily, une fillette de 9ans raconte les abus commis par son grand-père. Ce témoignage est un déclic pour Laurent Boyet. « J’ai décidé de baptiser l’association Les Papillons en hommage à Lily. Parce qu’elle raconte dans le documentaire l’affection qu’elle porte à cet insecte. Et je trouve que le papillon nous correspond bien, à nous les victimes. On est enfermés dans notre chrysalide de silence. Parler, c’est libérer sa parole », confie-t-il.
Tous les maux sont acceptés
Dans les mois qui suivent la création de l’association, une idée germe dans l’esprit des adhérents : « Et si on mettait quelque chose dans les écoles pour aider les enfants à libérer leur parole, comme des boîtes aux lettres ? » Inceste, maltraitance physique, harcèlement scolaire… Tous les maux sont acceptés dans ces boîtes, toujours fixées un peu à l’écart pour assurer la discrétion. « L’idée, c’est que tous les courriers trouvent une réponse », explique Laurent Boyet à qui les bénévoles envoient par mails les lettres déposées. Il opère alors un tri : « J’utilise mes compétences de policier pour savoir si l’on doit signaler une information préoccupante au service de la protection de l’enfance du département. Quand j’ai des doutes, j’envoie le courrier à l’une des huit psychologues de l’association. » Le bilan est impressionnant : un courrier sur cinq reçus par Les Papillons fait l’objet d’une remontée à une cellule de recueil, de traitement et d’évaluation des informations préoccupantes (Crip).
Preuve que le dispositif parle aux enfants, dans les couloirs de l’école Diwan, Martin et Neven, 10 ans, ont tout à fait compris son utilité. « Ça sert à se protéger et à protéger les autres. On peut écrire un mot et le mettre dedans, puis, s’il y a un problème, ils nous aident », explique Neven. « C’est intéressant pour tout le monde. Il y a des gens qui en ont besoin. Parfois, on ne peut pas le dire, alors c’est plus simple de l’écrire », ajoute Martin, un élève de CM2. Il confie qu’il se servira de la boîte aux lettres si un jour le besoin s’en fait sentir
Une démarche pédagogique
C’est l’autre intérêt de ces boîtes aux lettres : chaque installation dans une école est accompagnée d’une intervention d’une heure avec un référent des Papillons. Le temps de faire le point et de rappeler, entre autres, aux enfants que la fessée est interdite depuis l’adoption de la loi contre les violences éducatives ordinaires en 2019. Certains élèves semblent surpris, d’autres posent des questions très pertinentes. « Mais si on a peur que les parents aient des ennuis et qu’on n’ose pas mettre de mot dans la boîte aux lettres ? » interroge une petite fille. « Il faut penser à vous, en priorité. Personne n’a le droit de vous faire du mal », répond le président de l’association. « C’est une bonne occasion de donner la parole aux enfants. Il y a une part de prévention dans ce projet, et c’est intéressant car cela a créé des discussions dans les familles. Les enfants ont rapporté chez eux le flyer et ont échangé avec leurs parents. C’est d’autant plus intéressant pour nous que nous n’avons pas de psychologue scolaire », affirme Keven Ar Fur, le chef d’établissement.
C’est lui qui doit guetter les mots dans la boîte installée près des sanitaires. S’il en aperçoit, il prévient Mickaël Lamouche, le référent des Papillons dans le Finistère. Le quarantenaire breton, papa d’un petit garçon, s’est énormément investi dans l’association ces derniers mois. Lui aussi policier, il est actuellement en arrêt maladie à cause d’un burn-out. Dans cette période de brouillard, l’association semble lui avoir redonné goût à la vie. Le sportif, ex-arbitre de Ligue1 de football, n’hésite pas à frapper à toutes les portes. Il trouve alors chez la nouvelle maire de Quimper, Isabelle Assih, une oreille attentive. Cette psychologue scolaire de profession n’a pas hésité à adhérer au projet. Ainsi, cet automne, la municipalité a signé une convention avec Les Papillons. L’objectif ? Placer onze boîtes aux lettres dans les infrastructures sportives de la ville. La première a été installé le 1er octobre à la halle des sports de Penhars, qui accueille 12 000 jeunes par an.
Mickaël Lamouche rappelle l’importance d’être présent au sein du milieu sportif : « Les clubs sont derrière ce mouvement après la révélation de plusieurs scandales, notamment dans le patinage artistique. Il y a parfois du harcèlement et des violences aussi dans cet environnement. » Selon le bilan dressé en 2020 par la ministre de la Jeunesse et des Sports Roxana Maracineanu après la convention nationale de prévention des violences sexuelles dans le sport, 40 des 115 fédérations sportives françaises sont mises en cause et 177 personnes visées par des enquêtes pour violences sexuelles.
Si la Ville de Quimper s’est montrée favorable à l’initiative des Papillons, tout comme Rouen ou Toulon, c’est au niveau des inspections académiques que l’association rencontre parfois des difficultés. « Je m’agace quand je vois la frilosité des académies, parce que notre dispositif fonctionne, les enfants racontent des choses », assure Laurent Boyet. Et de citer l’exemple du premier dessin reçu dans le Var : un enfant, un adulte et une flèche de l’adulte vers le sexe de l’enfant, avec un nom. L’association a immédiatement fait un signalement à la Crip. Alors, pourquoi ces blocages ? « Parfois, on nous demande des agréments. D’autres fois, on nous soutient que les enfants peuvent dire des choses fausses. On entend aussi : «S’il y a un signalement dans la boîte qui n’a pas été fait par l’école, on va dire qu’elle a mal fait son travail». Ils ont l’impression qu’on les met en cause, alors que c’est tout l’inverse. Notre rôle, c’est de remettre l’école au coeur du système », défend Laurent Boyet.
Réticences et soutiens
Son dispositif fait régulièrement face à des réactions étonnantes, comme ce maire d’une commune de région parisienne qui refuse d’installer les boîtes aux lettres au motif qu’il ne veut pas de « délation » dans sa ville. Le risque de diffamation, Anne Réveillère-Maury, directrice de la protection de l’enfance dans le département de la Charente, le balaie du revers de la main. « Si c’est de la délation ou de la diffamation, cela se voit vite.C’est très rare qu’il y en ait dans les signalements reçus dans les Crip ou au 119. Et je vois mal un enfant mettre un mot dans cette boîte avec l’intention de diffamer quelqu’un, souligne la professionnelle, qui soutient l’association. J’ai échangé avec le président des Papillons, et j’ai été tout à fait rassurée par le procédé mis en place dans le traitement des courriers. Je pense que toute initiative pour offrir un moyen supplémentaire aux enfants de se confier sur les violences subies est bon à prendre », précise-t-elle.

L’association a reçu un autre appui de poids dans la Nièvre en la personne de la députée Perrine Goulet (LREM), qui est devenue référente. Membre de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale et très engagée sur les questions de protection de l’enfance, elle l’assure : « Il est urgent de multiplier les canaux pour les enfants victimes de violences. L’école est le bon endroit. Ces boîtes aux lettres viennent clairement s’intégrer dans un cheminement pour informer les enfants sur ce qui se fait ou pas. C’est toute la société qu’il faut sensibiliser. » Si cette femme politique s’engage auprès des Papillons, c’est aussi parce que son parcours a été marqué par l’aide sociale à l’enfance (ASE), où elle a été placée à l’âge de 9 ans. A son image, les bénévoles de l’association s’investissent souvent parce que la problématique les touche de près. « Au départ, on était sur 70 % de bénévoles victimes ; désormais, c’est plutôt 50 %. Il y a aussi beaucoup de parents préoccupés pour les enfants. La protection de l’enfance, c’est l’affaire de tous », rappelle Laurent Boyet.

A Quimper, Maud, cadre d’une quarantaine d’années est devenue bénévole parce que son fils a été harcelé à l’école. Mais aussi parce qu’elle été victime d’agressions sexuelles dans son enfance. « Le problème, c’est que l’agresseur nous dit que c’est notre secret, alors on n’ose pas en parler. Mais rien n’empêche d’écrire ! Si ces boîtes aux lettres avaient existé à mon époque, je les aurais sûrement utilisées », confie-t-elle. Grâce à l’engagement de Mickaël, Maud, et bien d’autres, l’association se déploie. Elle est désormais implantée dans 80 départements.
Mais elle a encore besoin de bénévoles, notamment en région parisienne. D’autant que les ambitions de Laurent Boyet ne s’arrêtent pas là. Dans les prochaines années, il espère essaimer des « maisons Papillons » un peu partout sur le territoire. Ces lieux accueilleraient les enfants victimes de violences et leur proposeraient un soutien psychologique et juridique mais aussi de la sophrologie ou de l’art-thérapie. Ils auraient aussi vocation à aider les parents – quand ils ne sont pas agresseurs – à faire face aux abus subis par leur progéniture. Et les besoins sont là : chaque année, en France, 165 000 enfants sont victimes de viols ou d’agressions sexuelles. Et un enfant meurt tous les cinq jours sous les coups de sa famille.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez -vous !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin