Emploi : vers la fin des métiers interdits pour les personnes atteintes de maladie chronique.

Devenir militaire, conducteur de train ou encore pompier lorsque l’on est atteint de diabète, cela n’est aujourd’hui pas possible. Les discriminations dont sont victimes les personnes atteintes de maladie chronique pour accéder à de nombreux emplois sont encore trop nombreuses, toujours injustifiées.

Alors qu’il y a 4 millions de personnes atteintes de diabète, en France. 

Alors que ce chiffre atteint 10 millions pour les français souffrant de maladie chronique.

C’est pour y répondre que nous, députés de la majorité, œuvrons depuis 2017. En ce sens, la loi relative aux restrictions d’accès à certaines professions en raison de l’état de santé vient d’être publiée au Journal officiel, le 7 décembre dernier.

Elle fait suite à la proposition de loi présentée par ma collègue Agnès Firmin Le Bodo que nous avons voté à l’Assemblée nationale en janvier 2020, avant d’être modifiée par le Sénat le 27 mai 2021, et qui a été définitivement votée à l’Assemblée nationale le 25 novembre. 

Fruit d’un travail parlementaire nourri, le spectre du texte s’est élargi : des diabétiques, il concerne désormais l’ensemble des personnes atteintes de maladie chronique. 

Très engagée sur ce sujet, j’ai eu l’occasion d’échanger à deux reprises avec Hakaroa VALLÉE, d’adresser une question écrite à Monsieur le Ministre des solidarités et de la Santé sur le remboursement des capteurs à insuline pour les enfants de moins de 4 ans et d’échanger, tout au long de mon mandat, avec des acteurs associatifs de référence, comme l’AFD, et institutionnels.

Ce comité a notamment pour missions :

  • recenser l’ensemble des textes nationaux ou internationaux relatifs à l’accès à la formation ou à l’emploi des personnes atteintes d’une maladie chronique ;
  • apprécier la pertinence de ces textes au regard des risques et enjeux liés aux formations, emplois accessibles ainsi que les traitements possibles ;
  • actualiser la situation en tenant compte notamment des évolutions technologiques, scientifiques et médicales ;
  • formuler des propositions visant à améliorer l’accès à certaines professions des personnes atteintes de maladies chroniques.

Un rapport sur l’avancée de ses travaux et sur les évolutions constatées des réglementations sera adressé par ce comité chaque année au Gouvernement et au Parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez -vous !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin