JDC : « Nous ne souhaitons pas la déconjugalisation » de l’AAH

Membre de la commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale, la députée MoDem de la 1ère circonscription de la Nièvre, Perrine Goulet, défend la position de la majorité présidentielle.

L’argumentaire de Perrine Goulet rejoint celui de la secrétaire d’Etat chargée des personnes en situation de handicap, Sophie Cluzel. Elle aussi s’oppose à la déconjugalisation de l’AAH : « Si on déconjugalise, on en fait une allocation à part. Ceux qui perçoivent le RSA diront : pourquoi pas nous ? ». Pour elle, le modèle social basé sur la cellule familiale doit primer.

Elle met également en avant l’idée qu’en individualisant l’AAH, donc en accordant un revenu à chaque personne concernée indépendamment du salaire de son ou sa partenaire de vie, on imposerait « des assignations à résidence. » Les personnes en situation de handicap n’auraient plus d’incitation financière à travailler, par exemple dans les ESAT, ou ans les entreprises, et cela serait un frein à la dynamique d’insertion dans la société.

Enfin, Perrine Goulet attire l’attention sur les avancées opérées par la majorité ces dernières années : une revalorisation de l’AAH de plus de 100 euros, mais aussi un relèvement de l’âge maximal pour prétendre à la Prestation Compensatoire de Handicap, qui vient en appui à des besoins spécifiques, en complément de l’AAH.

Sur la question du vote bloqué à l’Assemblée Nationale, elle reconnait une maladresse, rappelant cependant qu’il s’agit d’une « disposition existant dans la Constitution », Mais « ce n’est pas le gouvernement qui passe en force. C’est un texte qui a été travaillé en commission. » Une légitimité qui ne rallie pas tous le suffrages, beaucoup de députés ayant déploré un déni de démocratie.

Source : https://www.lejdc.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez -vous !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin