PLAN DE RELANCE : une chance pour la France

PLAN DE RELANCE 

Indépendance, compétitivité, écologie, solidarité et compétences sont les piliers de la reprise et la transformation de l’économie tricolore.

Ce jeudi 3 septembre, le Premier ministre a présenté en détails la feuille de route du plan de relance pour les deux années à venir.

Le plan de relance marque le troisième temps de la réponse gouvernementale à la crise après les mesures d’urgence. Il vise à apporter un stimulus à l’économie française afin de favoriser son redémarrage rapide et prépare l’avenir. Complémentaire des financements européens, il permettra de mettre l’accent sur certaines priorités économiques et sociales spécifiques à la France. Il sera doté de 100 milliards d’euros € étalés sur deux ans, sans aucune hausse de prélèvement des Français.

Il comprend à la fois des mesures structurelles qui ont vocation à être pérennes, à l’instar de la baisse des impôts de production, et d’autres part des mesures conjoncturelles, notamment à travers des enveloppes budgétaires consacrées au soutien au secteur privé ou aux ménages.

 

« Les 100 milliards visent à transformer la France pour la rendre plus écologique, plus compétitive et plus solidaire.

Nous avons à cet effet retenu trois priorités. Un premier tiers, soit 30 milliards d’euros, sera d’abord consacré à accélérer le verdissement de notre économie, de nos modes de production, de transports et de consommation et la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre. Cela s’appliquera à la rénovation thermique des bâtiments, aux investissements dans les infrastructures et dans la mobilité verte, au développement de technologies vertes, à la stratégie hydrogène. Le volet vert du plan de relance inclura aussi des mesures ambitieuses en faveur de la transition agricole et de l’économie circulaire, de la biodiversité et de la lutte contre l’artificialisation des sols. 

Nous consacrerons ensuite 35 milliards d’euros à rendre la France plus compétitive et plus souveraine. Les impôts de production baisseront de 10 milliards en 2021 et de 10 milliards en 2022, et cet allégement sera définitif. Cette mesure est majeure notamment pour protéger notre industrie. Le manque à gagner pour les collectivités locales, qui touchaient les recettes de ces impôts, sera intégralement compensé. Le plan contient aussi des dispositions concernant le renforcement des fonds propres des entreprises, notamment les entreprises de taille intermédiaire, qui innovent et exportent. Nous allons également engager un quatrième programme d’investissement d’avenir (PIA), qui sera tourné vers les secteurs stratégiques tels que la santé, l’agroalimentaire ou encore les technologies du numérique. 

Le troisième volet du plan sera dédié à la cohésion sociale et territoriale. Il s’agit d’investissements massifs dans les équipements hospitaliers, l’accélération du déploiement de la fibre ou la construction de logements. La priorité des priorités, c’est l’emploi des jeunes: 6,5 milliards d’euros y seront consacrés. Il s’agit de moyens inédits, notamment pour les aides à l’embauche qui ont été dévoilées en juillet et sont en vigueur depuis début août. Avec les mesures que nous prenons, jamais il n’aura été aussi peu coûteux dans ce pays d’engager un apprenti ou un jeune en alternance. Pour les publics les plus éloignés de l’emploi, nous allons bâtir 500.000 solutions pour les jeunes, soit via des parcours d’insertion aux métiers d’avenir, en lien avec les régions, soit par des formations qualifiantes. Pour l’ensemble des Français, le dispositif d’activité partielle de longue durée, ouvert à toutes les entreprises des secteurs en difficulté, doit permettre au cours des prochains mois de former les salariés tout en préservant leur emploi. Former et embaucher plutôt que licencier, voilà ce que permettra notre plan. 

France Relance a été conçu de manière à projeter la France dans l’avenir tout en ayant des effets immédiats » Jean CASTEX

 

Le détail du plan de relance Français : 

Jeunesse : 

Une place majeure accordée à la jeunesse à 1,6 milliards qui leurs seront consacrés.

223 000 jeunes supplémentaires seront ainsi formés aux com- pétences attendues sur le marché du travail : 

 ⁃ 100 000 formations qualifiantes via les Pactes Régionaux d’Investissement dans les Compétences, concomitants avec une revalorisation de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle 

 ⁃ 16 000 formations de la santé et du soin pour les infirmiers et les aides-soignants 

 ⁃ 15000 actions d’évaluation et de formations certifiantes aux savoirs numériques via un abondement du compte personnel de formation 

 ⁃ 35 000 places à destination des jeunes de 16 à 18 ans via l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) 

 ⁃ 30 000 places supplémentaires de formation dans l’enseignement supérieur 

 ⁃ 7 000 places supplémentaires pour les néo-bacheliers pour accompagner les réorientations et les élèves en CAP vers le diplôme et une insertion professionnelle 

Collectivités territoriales : 

 ⁃ 5,3 milliards d’euros concrétisera le plan de soutien aux collectivités territoriales votés lors du PLFR 3 et 3 milliard alloués à la Banque des territoires pour le plan tourisme

 ⁃ 300 millions d’euros sera dédié au soutien aux actions de développement local;

 ⁃ 200 millions d’euros sera dédié à la rénovation des commerces de centre-ville;

 ⁃ 100 millions d’euros sera dédié à l’aide au tourisme durable;

 ⁃ 20 milliards d’euros de baisse d’impôts 

Entreprises : 

La prise en compte de la compétitivité de nos entreprises avec la baisse des impôts de production :

 ⁃ CVAE : réduction de moitié pour toutes les entreprises redevables : – 7,25 milliards d’euros; 

 ⁃ TFPB et CFE : réduction de moitié des impôts fonciers des établissements industriels pour environ 32 000 entreprises exploitant 86 000 établissements : – 1,75 milliard d’euros de TFPB et -1,54 milliard d’euros de CFE; 

Solidarité et santé : 

 ⁃ 20 milliards d’euros dédiés aux mesures de soutien aux plus défavorisés et au pouvoir d’achat 

 ⁃ Parmi les 20 milliards d’euros, 6 milliards d’euros vient renforcer les besoins de soutien 

 ⁃ création de 65 000 places d’EHPAD d’ici à 2025 

Agriculture :

1 milliards d’euros sera dédié à la transition agricole;

 ⁃ 100 millions d’euros d’euros consacrés au « plan protéine » visant à concrétiser une stratégie française sur les protéines végétales;

 ⁃ 300 millions d’euros consacrés à l’accélération de la transition du secteur agricole;

 ⁃ 250 millions d’euros consacrés à la modernisation à la sécurité sanitaire et bien-être animal.

Transport :

 ⁃ 4,7 milliards d’euros consacrés à la modernisation du réseau ferroviaire, au rail, et à l’investissement dans le Fret et dans les petits lignes;

 ⁃ 900 milliards d’euros du plan européen devraient venir financer la mobilité du quotidien et notamment le plan vélo et les transports en commun.

Energie, climat et rénovation thermique : 

 ⁃ 2 milliard d’euros destinés au développement de l’hydrogène et 1 millards d’euros à celui du biogaz;

 ⁃ 2,5 milliards d’euros alimenteraient le plan climat de BPU France;

 ⁃ 7 milliards d’euros provenant en totalité du plan de relance européen seraient dédiés à la rénovation thermique.

Numérique : 

 ⁃ 400 millions d’euros dédiés à la souveraineté numérique des entreprises;

 ⁃ 1 millards d’euros sera consacré à la modernisation numérique de l’Etat;

 ⁃ 2,6 milliards sera consacré au développement des marchés clefs.

Culture : 

 ⁃ 2 milliard d’euros sera dédié à la Culture 

Innovation de relocalisations : 

 ⁃ 15 milliards d’euros sera dédié à cet objectif.

Soutien aux compétences : 

 ⁃ 20 milliards d’euros pour venir en soutien à cet objectif

Ensemble pour faire réussir notre pays ! 🇫🇷

🔎 Plus d’information sur francerelance.gouv.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez -vous !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin