Le mois de janvier est traditionnellement celui où le souhaite les vœux et de nombreuses cérémonies se sont déroulées ces derniers jours dans notre territoire.

Je suis allée, autant que possible, à votre rencontre dans toute la circonscription.

Enfin, le 27 janvier dernier, j’ai eu l’occasion, à mon tour, de recevoir les forces vives de notre Département afin d’adresser mes vœux les plus chaleureux .

Retrouvez ci-après le discours que j’ai prononcé devant eux.

 

Seul le prononcé fait foi

Mesdames et Messieurs en vos grades et qualités,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

En premier lieu, je tiens à vous remercier pour votre présence. La cérémonie de vœux, c’est toujours le plaisir d’entrevoir une nouvelle année ensemble. C’est un moment d’échange privilégié avec les forces vives du nivernais.

C’est donc de tout cœur que je vous présente, avec mon équipe, pour vous et ceux qui vous sont chers, mes vœux les plus chaleureux pour l’année 2020. Des vœux de prospérité, de réussite, de bonheur et de santé.

Je souhaite aussi et surtout rendre hommage aux forces civiles et militaires qui sont très sollicités depuis plusieurs mois et qui répondent toujours présents : Pompiers, policiers, gendarmes, militaires, auxquels  on peut également associer secouristes, infirmiers et médecins, ils font preuve chaque jour d’un dévouement hors du commun et je les en remercie. Ces vœux sont aussi pour moi l’occasion de revenir sur la situation sociale que nous connaissons dans notre pays. Vous le savez, notre territoire n’est pas épargné et la colère s’y exprime depuis plusieurs mois.

Cette colère, ceux qui n’étaient alors que candidats à l’élection législative pour la majorité présidentielle, nous l’avions détectée. Mais je crois que nous n’avions pas su complètement y répondre. La prise de conscience, chez certain, a été longue mais des réponses ont été apportées et continueront à l’être. J’y reviendrais.

Cette réalité, cette attente de français –  et des français des campagnes notamment -, elle n’est pas nouvelle. Elle est le fruit de 30 ans d’immobilisme et de désengagement de l’Etat envers certains territoires de la République. Cette crise était latente et elle s’est exprimée avec d’autant plus de violence que notre élection, au printemps 2017, avait suscité des espoirs.

Ces espoirs nous nous efforçons d’y répondre. Mais transformer le pays prend du temps et, à mi-mandat, beaucoup a déjà été fait mais il y a encore tant à faire et je m’y emplois chaque jour

Vous le savez, je suis quelqu’un de résolument optimiste et travailleuse, et j’agis au quotidien, sans relâche, car je veux le meilleur pour mon Pays et pour notre territoire.

Ce que nous avons engagé commence à se voir: tout d’abord le pouvoir d’achat

La réalité c’est qu’il a augmenté de 2% en 2019, cela représentant en moyenne 850 euros par ménage et par an.

C’est la plus forte augmentation depuis 12 ans :

  • La prime d’activité : en moyenne 390 euros, bénéficie à plus de 4 millions de foyers. C’est 50% de plus qu’en 2018.
  • La prime exceptionnelle : plus de 2 milliards d’euros versés à 5,5 millions de salariés, soit en moyenne 400 €.
  • Les heures supplémentaires qui sont exonérées, c’est 3 milliards d’euros de pouvoir d’achat supplémentaires aux salariés et aux fonctionnaires.
  • Baisse de la première tranche d’imposition.

Dans notre Département, il y a environ 50 000 foyers fiscaux imposés. La moitié d’en eux devrait bénéficier d’une baisse d’imposition d’environ 350 euros avec l’abaissement du taux de la 1ere tranche.

Nous faisons également disparaitre progressivement la taxe habitation pour les résidences principales. Une taxe injuste qui va permettre un gain pour tous les contribuables et sera compensé intégralement pour les collectivités. En 2020, c’est 64 000 foyers nivernais qui seront totalement exonérés de la taxe d’habitation soit en moyenne 539 € d’économie et donc de pouvoir d’achat

Mais ce gain de pouvoir d’achat ne doit pas servir au tout consommation car il y a une urgence c’est celle de la planète et les récents incendies en Australie nous le rappel.

C’est pourquoi nous avons choisi de pousser au changement avec la loi antigaspillage. Ce projet de loi poursuit deux objectifs : transformer nos façons de produire et de consommer pour passer à une économie circulaire où on limite notre production déchets.

Il s’agit notamment de renforcer l’information du consommateur, notamment sur les qualités et caractéristiques environnementales des produits, l’indice de réparabilité  et l’information sur la disponibilité des pièces détachées. Nous nous mobilisons avec les industriels pour transformer nos modes de production, grâce à de nouvelles filières de responsabilités élargies des producteurs et la possibilité de création d’un dispositif de consigne pour réemploi et réutilisation.

Enfin, nous améliorons la collecte des déchets pour lutter contre les dépôts sauvages. Consommer mieux, c’est consommer plus intelligemment pour préserver notre planète pour que nous et nos enfants puissions la préserver et en profiter le plus longtemps possible. C’est aujourd’hui notre devoir à tous.

Autre sujet d’actualité : la réforme en cours sur les retraites. J’entends qu’elle puisse questionner certaines et certains d’entre vous et c’est pourquoi je réaffirme que ma porte est ouverte pour discuter, dans le respect, de ce nouveau système qui redéfinit le pacte entre les générations et qui corrige les injustices actuelles. Je crois qu’il est difficile de s’opposer à plus de justice sociale. C’est bien dans ce cadre que  j’ai commencé à recevoir des organisations syndicales de notre territoire.

Mais le travail d’un député n’est pas que de légiférer il a  aussi comme rôle de contrôler les politiques nationales. C’est ce que je fais depuis quasiment le début de mon mandat en travaillant  sur la politique de l’aide sociale à l’enfance.

Au delà des auditions menées depuis 2 ans, j’ai pilotée pendant 3 mois une mission d’information, avec 23 parlementaires de tout bord, sur ce thème, qui a permis d’aboutir à un rapport que j’ai remis au Président de l’Assemblée Nationale, qui présente 18 propositions concrètes. 18 comme un numéro d’urgence, car il y a urgence. Cette politique doit évoluer pour permettre de réellement protéger les enfants qu’on lui confie et leur offrir un avenir. L’écoute est là, et mes propositions sont prises en compte, je travaille pour cela auprès des ministères et j’espère qu’au cours de l’année qui s’ouvre nous y trouverons une concrétisation.

 

Vous l’avez compris, le bienêtre des enfants m’est cher. C’est pourquoi je travaille à rendre effective la convention internationale des droits de l’enfant dont nous avons fêter les 30 ans de la signature par la France hier et à lutter contre toutes les formes de maltraitance:  physique, sexuelle ou psychologique. Cela passe par la prévention mais aussi la nécessaire répression des auteurs de ces actes criminels. C’est pourquoi je me suis fortement engagée dans le cadre du Grenelle pour lutter contre les violences conjugales.

Je veux ici remercier les associations, les services de police et de gendarmerie du Département qui m’ont apporté des éléments essentiels pour contribuer au rapport sur ce sujet et alimenter la proposition de loi qu’avec mes collègues parlementaires, nous allons étudier à partir de demain et qui sera, je l’espère, rapidement une réalité sur nos territoires.

 

Les enfants dessinent l’avenir de notre Nation et notre système éducatif est ce que nous avons de plus précieux. C’est pour cela que la majorité met en œuvre des mesures fortes en direction de l’Education nationale. Les réformes, nécessaires sont engagées. Celle qui a permis d’augmenter son budget de 850 millions d’euros en 2019 qui donne la priorité à l’école primaire, là où se joue la réussite scolaire des élèves.

Je veux souligner l’une des actions concrète : le dédoublement des classes de CP et de CE1 en réseau d’éducation prioritaire. Depuis son application, ce sont plus de 250 000 élèves qui ont bénéficié de ce dispositif et dans la Nièvre, les élèves des quartiers de Nevers et de Cosne en bénéficient. Les effets se voient déjà : plus d’attention des élèves, une plus grande disponibilité des enseignants, des progrès importants et rapides et une augmentation du niveau. Il faut qu’à la sortie de l’école primaire 100% des élèves maîtrisent les enseignements fondamentaux : savoir lire, écrire, compter mais aussi apprendre à respecter autrui. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement s’appuie sur les enseignants et les équipes administratives. C’est bien pour cela que nous allons améliorer leurs conditions de travail et de rémunération. Comme vous le savez, ce dernier volet est d’ores et déjà engagé dans le cadres des négociations en cours entre les syndicats et le Ministère de l’Education nationale.

La réalité, c’est que notre pays ne saurait exister seulement vu de Paris : Mon engagement, et vous le savez, est total pour notre territoire. Nous avons connu de belles victoires en 2019 et il faut nous en féliciter. Des victoires collectives où nous avons œuvré ensemble pour notre Département.

 Le désenclavement numérique de la Nièvre est un enjeu fondamental.

Permettre aux Nivernais et au Nivernaises de disposer d’un accès internet de qualité est une priorité. Je suis resté surprise devant le scepticisme de nos élus territoriaux lorsque SFR a soumis son offre. Nous ne pouvions rester sourds à la proposition de SFR. Il fallait la saisir. Aujourd’hui c’est chose faite et je suis heureuse d’avoir soutenu cette offre dès le début. J’étais convaincue qu’il fallait répondre présent. Malgré les tergiversations, nous y sommes parvenus et c’est tant mieux.

Pour compléter cette offre, L’État investi 23 millions d’euros pour le très haut débit numérique dans la Nièvre ; 5 millions d’euros supplémentaires pourront être mobilisés, dans le cadre du Pacte de développement territorial, pour accélérer la couverture du territoire sous réserve d’un cofinancement par les collectivités territoriales et la justification des besoins. C’était un engagement de campagne d’Emmanuel Macron, nous le tenons.

 

La semaine dernière vous l’avez vu, le  Ministre des Transport s’est engagé sur l’achèvement des travaux de mise à 2X2 voies de la RN7 au sud du département. Ces travaux sont importants en matière de sécurité, de désenclavement et de développement économique. Deux raisons pour lesquelles j’ai porté, accompagné et soutenus les élus, les associations et la population pour obtenir l’engagement des crédits d’État. Je serai vigilante quant à leur versement et à l’avancement des travaux. Je reste mobilisée, tout comme vous, tant que je ne verrai pas les pelleteuses à l’œuvre.

 
La redynamisation de nos territoire passe par celle de nos centres-villes. C’est tout l’objet du plan action cœur de ville voulu par ce gouvernement et qui profite à la Nièvre à travers les villes de Nevers et de Cosne-Cours-sur-Loire qui ont été retenues dans ce dispositif.

C’est 5 milliards d’euros sur 5 ans pour redynamiser les centres villes de 222 villes bénéficiaire autour de 5 ambitions :

  • la réhabilitation de l’habitat en centre-ville ;
  • le développement économique et commercial ;
  • l’accessibilité, les mobilités et les connexions ;
  • l’accès aux équipements et services publics ;
  • enfin, la mise en valeur de l’espace public.

Mais le rural ne doit pas être oublié c’est tout l’ambition de l’Agenda rural qui a vocation à réduire les inégalités entre territoires urbains et ruraux. Cela passe par la rédynamisation des petites villes, le soutien aux petits commerces et lieux de convivialité avec le dispositif 1000 cafés ou encore le déploiement des maisons France Service dans chaque canton :10 nouvelles labellisations devraient intervenir rapidement pour compléter les 3 premières.

Preuve, s’il en fallait une, que l’Etat s’engage pour la Nièvre.

La Dotation globale de fonctionnement. Ce sujet peut fâcher, j’en suis consciente. Mais la réalité c’est qu’en 2019, l’Etat a versé 45,5 M€ au titre de la DGF aux communes de la Nièvre montant légèrement supérieur à 2017 et 2018 . En 2019 l’Etat a versé 53M€ au Département, en augmentation de 1% par rapport à 2017.

 t pour rétablir certaines vérités, non l’Etat ne donne pas plus aux urbains qu’aux ruraux puisque la dotation par habitant dans la Nièvre est de 191,9 euros soit 27,6  euros de plus que la moyenne nationale.

C’est plus de 100 millions d’euros qui servent à faire vivre les collectivités qui composent notre Département auxquels il convient d’ajouter les autres enveloppes de type DETR (15 millions), DSIL (3 millions), le fond d’inclusion sociale et de la protection des personnes (3,7 millions euros)….

Notre engagement était de stabiliser les dotations et c’est ce que nous faisons.

 

Je voudrais, à ce stade, évoquer la question de la santé. C’est un sujet important pour nos concitoyens et pour vous. Je pense immédiatement à la clinique de Cosne-sur-Loire et à ses équipes, pour laquelle je me bats pour trouver le plus rapidement possible une solution à sa réouverture pleine et entière.

Je pense également au Centre Périnatal de Proximité, toujours à Cosne, pour lequel je me suis investie pour son ouverture, et qui assure, grâce au professionnalisme de son personnel, des consultations gynécologiques et de sages-femmes nécessaires au suivi pré et postnatal des femmes enceintes, des cours de préparation spécifique à la naissance et à la parentalité ainsi que des enseignements aux soins aux nouveau-nés, des interruptions volontaires de grossesses médicamenteuses, des consultations pédiatriques et des consultations d’éducation à la santé et la prévention. De nombreux services absents jusqu’à l’heure du territoire. Un vrai service pour les femmes du territoire.

En 2019, ce gouvernement a fait sienne une revendication porté depuis plusieurs années par les élus du territoire que je me suis efforcé de porté depuis mon élection, 2020 a donc vu arriver dans Nièvre l’hélicoptère sanitaire tant attendu. Il était indispensable que les habitants de notre territoire puissent se situer à moins de 30 minutes d’un service d’urgence d’où l’importance d’une offre médicale héliportée.

La santé étant le sujet principal de préoccupation des nivernais, je suis extrêmement attentive à l’offre de santé de notre département, que cela concerne le centre hospitalier de Nevers avec notamment les inquiétudes des soignants du service gynéco/obstétriques ou encore le service d’urgences, qui sont vitaux pour nos concitoyens. Mais encore le centre hospitalier spécialisé Pierre Loo et la réorganisation des activités psychologiques et psychiatriques qui devrait enfin aboutir.

Ces dossiers sont absolument majeurs pour notre territoire. J’ai à cœur de les défendre. Et pour l’avenir des nivernais, vous me trouverez toujours à vos côtés.

 

Pour mieux accompagner les territoires le gouvernement a signé avec les acteurs de notre territoire un pacte de développement territorial qui constitue une feuille de route pour le renouveau de la Nièvre liant les collectivités et l’état. Les premiers effets de ce pacte se font déjà sentir. C’est notamment grâce à lui que nous avons obtenu l’hélicoptère médical et le déploiement du numérique évoqués à l’instant. Mais c’est aussi 2,2 millions d’euros supplémentaires pour le quartier du Banlay à Nevers, soit 17,2 millions d’euros au total pour le nouveau programme de renouvellement urbain,

Une nouvelle impulsion pour le site du Marault en en faisant un lieu d’échanges entre agriculteurs et artisans, afin de mettre en œuvre des projets collectifs, de protéger et de renforcer la filière bovine de notre département. C’est aussi l’obtention du label « Grande École du Numérique » pour le territoire de l’agglomération de Nevers et ses formations diplômantes.

Par ailleurs, nous avons pu enrichir l’offre d’éducation de la Nièvre en ouvrant le campus numérique. C’est une des réponses possibles pour permettre aux étudiants de poursuivre des études supérieures à distance avec un accompagnement renforcé. A ce jour, c’est plus d’une vingtaine d’étudiants travaillent dans un cadre moderne et entouré d’une équipe d’enseignants, à l’écoute et engagé.

 

Ce sera également en 2020, l’ouverture de l’école de kinésithérapie accompagné vraisemblablement d’une 1ère année de licence en médecine mais également la 3ème année à l’école de professorat de Nevers

C’est aussi la valorisation touristique de notre région. Concrètement pour

  • la ville de Nevers, cela a pris forme avec la requalification des quais du bassin de la jonction,
  • pour Cosne-Cours-sur-Loire, il s’agit de la création d’une jonction avec le circuit « La Loire à vélo » en aménageant une voie verte cyclable empruntant le Pont du Paris-Orléans et qui relie les communes de Bannay et de Cosne-Cours-sur-Loire e
  • Pour la Charité sur Loire accompagne l’EPCC pour stabiliser la Cité du mot et le Prieuré.
 

L’intérêt de ce plan est qu’il a changé les habitudes de notre territoire :  nous nous sommes réunis avec les élus de tous bords, nous avons réfléchi aux leviers pour construire la Nièvre de demain et ensuite nous sommes aller chercher les budgets nécessaire.

Aujourd’hui, tous les projets sont pensés localement pour les habitants, ils sont portés par les collectivités territoriales et les acteurs économiques et associatifs qui contribuent ensemble au renouveau du territoire. L’Etat, lui, vient s’engager à leurs côtés, co finance et pilote la démarche.

Je serai donc vigilante pour que tous les projets se concrétisent, que prochainement nous fassions évoluer ce bel outil de pilotage et que la promesse d’une diminution des fractures territoriales soit tenue.

 

Comme vous le constatez, je suis déterminée à accompagner et à soutenir vos projets afin de permettre à notre département de la Nièvre, de rayonner plus fort et plus haut car la Nièvre a tout pour gagner, je le sais et j’y crois, nous devons tous y croire. C’est là le rôle et la noblesse des mandats électifs. Être au service de nos concitoyens pour faire avancer les projets et contribuer à la qualité de vie.

 

Les mois qui viennent vont à nouveau permettre aux françaises et aux français de s’exprimer démocratiquement, par les urnes.

J’entends parfaitement ceux qui disent, parfois légitimement, qu’ils ne sont pas considérés. Mais ce sont parfois – souvent même – ceux qui ne se déplacent pas pour voter. A l’heure où dans notre Pays, les fondements démocratiques de notre République vacillent, sous les coups des réseaux sociaux et intox qui circulent, il nous faut, nous élus, redonner confiance aux français.

L’exercice démocratique est important et il ne faut pas le négliger. Pour ces mois qui s’ouvrent, je formule le vœu d’un débat de qualité, au service des habitants, dans le respect des idées et des projets et pas de coups bas, notre territoire n’a pas besoin de ça.

 

En conclusion,  je souhaite pour 2020 « que vos choix reflètent vos espoirs et non vos peurs » comme Nelson Mandela l’avait dit en son temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Abonnez -vous !
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin